Histoire de la Confrérie

Bessières a été de tout temps le village le plus turbulent et entreprenant de tout le canton. Ses nombreux commerçants et artisans trouvaient facilement prétexte à faire la fête. Il était donc normal que, sous la houlette de Georges Martel, ils aient crée une amicale dès 1955. 

Par tradition, ils se réunissaient sur les bords du Tarn, le lundi de Pâques pour déguster ensemble l’omelette traditionnelle. Ce rassemblement devint d’années en années plus important. 

En 1973, Bernard Beilles, Président de l’amicale, joyeux drille de surcroît, proposa de créer une confrérie qui ayant pour but de « PREPARER ET DE FAIRE DEGUSTER GRATUITEMENT DANS LA JOIE L’OMELETTE GEANTE AUX BESSIERAINS. Cette idée il la dût à ses anciens :en effet, chaque année, les conscrits allaient de ferme en ferme quémander des œufs…..puis se réunissaient, faisaient des omelettes qu’ils distribuaient aux indigents...Le cœur avait déjà ses raisons que la raison ne connaissait pas ! 

Qui dit omelette géante dit poêle géante

C’est le ferronnier émérite Bernard Cauchois à qui on demanda de fabriquer une poêle de trois mètres de diamètre, susceptible de recevoir 2000 œufs. 

Ainsi fut créée en 1973 la Confrérie des Chevaliers de l’omelette pascale de Bessières. Elle fut composée de 6 membres qui prêtèrent serment devant le bureau de l’amicale des commerçants et artisans de Bessières : B.Beille, G. Martel, Mercadal, Gayral, Bonnet, Sales. 

La Mission : 

FAIRE RAYONNER LE NOM DE BESSIERES ET PERPETUER LES TRADITIONS ANCESTRALES DU TERROIR 

Jean AUDU, boulanger, donne naissance à 2 miches de pain de 25 à 30 kg, qui deviendront l’élément complémentaire de l’omelette. La Confrérie acquiert ses lettres de noblesses. Il s’institue un cérémonial avec défilé et bandas. Une grande messe des Chevaliers en grande tenue (toque de cuisinier, veste blanche, cravate jaune et pantalon noir) est organisée avec une bénédiction des pains et des œufs. 


Première poêle

Le wagon, ancien siège

Au fond la gare, siège actuel de la Confrérie